Comprendre la chirurgie du ventre

Compte tenu de toutes les affections internes ou externes que le ventre peut connaître, il est possible de se tromper dans ce que l’on nomme la chirurgie du ventre. Ainsi, avant de s’engager à recourir à une telle intervention, il faudra savoir quel type d’affection a pu toucher le ventre.

La chirurgie du ventre variable en fonction de l’anomalie

Chez l’homme, l’abdomen est localisé entre le thorax et le petit bassin. C’est cette partie du corps humain qui contient la plupart des organes digestifs. La paroi abdominale est composée de la peau, de la graisse sous-cutanée, d’une aponévrose musculaire, de la graisse pré-péritonéale, des muscles droits et latéraux. Cette paroi abdominale peut connaître de nombreuses anomalies, qu’elles soient malformatives, infectieuses, tumorales, dystrophiques, etc.

En fonction de l’affection, il est possible d’envisager une chirurgie du ventre. Si l’opération concerne un organe interne, on parle alors d’une chirurgie viscérale, si elle concerne la paroi de l’abdomen elle est dite plastique.

La chirurgie de la paroi abdominale dont la finalité est surtout le bien-être du patient, ne peut que corriger les imperfections au niveau du ventre. Dans le jargon médical, cette intervention s’appelle abdominoplastie.

Chirurgie du ventre : esthétique ou correctrice ?

D’emblée, il est possible d’affirmer que la plastie abdominale est une intervention chirurgicale esthétique. Ceci, dans la mesure où les imperfections de la paroi abdominale corrigées sont pour la plupart du temps, les cas de relâchement cutané et des muscles grands droits, d’excès graisseux sus et sous ombilical qui donnent au ventre l’aspect d’une besace encore appelé tablier abdominal.

Il s’agit là d’affections qui ne portent pas atteinte à la santé et dont la seule valeur ajoutée après une chirurgie est la beauté. La chirurgie du ventre est esthétique parce qu’elle cherche à améliorer simplement le physique, notamment la paroi abdominale en supprimant les anomalies qui y sont présentes.

Le but étant d’avoir un ventre plat et ferme, avec même l’aspect d’une « tablette de chocolat ». Le relâchement cutané du ventre est un processus normal du vieillissement naturel de l’homme. Qu’il soit corrigé ou pas, cela n’a aucune importance sur sa vie. Mais comme ce n’est pas seulement la vie qui compte, mais la qualité de vie aussi, il s’avère que corriger une anomalie esthétique par la chirurgie plastique apporte un réconfort psychologique et améliore la qualité de vie de la personne.

Mais l’abdominoplastie est aussi une chirurgie correctrice ou reconstructrice. En effet, toute chirurgie est dite correctrice lorsqu’elle consiste à traiter des malformations héréditaires ou accidentelles, des séquelles des traumatismes, etc. Dans le cas de la chirurgie du ventre,  il se trouve qu’à la suite des accouchements, d’une chirurgie de l’obésité, d’un régime amincissant, la paroi abdominale se trouve marquée par d’importantes séquelles.

Afin d’harmoniser la silhouette, il sera important de remodeler le corps et principalement le ventre dans ces cas. Dès lors, il sera possible de parler d’une chirurgie correctrice du ventre. Car il s’agit là d’une chirurgie réparatrice des séquelles de l’amaigrissement, telle que l’abdominoplastie post-chirurgie de l’obésité.

L’abdominoplastie, est-elle toujours associée à la liposuccion ?

Théoriquement, lorsque l’on parle de chirurgie du ventre l’on évoque le plus souvent la plastie abdominale. C’est la principale intervention qui permet de corriger le relâchement de la peau et des muscles du ventre qui surviennent la plupart du temps, soit avec l’âge, les grossesses, les variations pondérales, etc.

En pratique, et selon la décision du chirurgien, il peut s’avérer important de réaliser une liposuccion avant l’abdominoplastie. Dans ce cas, on parle de moniplastie. L’objectif de la lipoaspiration est d’extraire toute la  graisse du ventre et faire ainsi un lifting abdominal optimal.

Cette association entre ces deux actes explique la durée de l’intervention qui est souvent de 2 heures et de l’hospitalisation qui peut parfois dépasser les 48 heures.

Les inconvénients

Il existe autant de complications que d’effets secondaires de la chirurgie de la paroi abdominale. Comme toute autre opération chirurgicale, le lifting du ventre combiné ou non à la présente des risques plus ou moins importants.

Les effets secondaires d’une abdominoplastie se caractérisent le plus souvent par des douleurs et une enflure. Bien que la douleur puisse être soulagée par des analgésiques, il est possible que celle-ci persiste plusieurs mois. Dans ce cas, il faut consulter son médecin. Mais il ne s’agit pas toujours d’une situation dramatique.

En ce qui concerne les complications de l’abdominoplastie, on distingue :

  • Les complications générales liées à l’anesthésie et aux cicatrices comme les infections.
  • Les complications spécifiques telles que l’embolie pulmonaire, la phlébite, l’hématome, etc.

Certains de ces problèmes exigent un retour au bloc opératoire pour traiter la cause et veiller à ce qu’elle ne se reproduira pas.

Remboursement par la sécurité sociale

Quand la chirurgie esthétique est motivée simplement par un bien-être psychologique, c’est-à-dire une modification de son apparence afin de se sentir bien dans sa peau et dans sa tête, le remboursement par l’assurance maladie n’est pas possible. Il en va de même de la chirurgie esthétique du ventre.

Toutefois, les abdominoplasties sévères sont prises en charge par la sécurité sociale. Il s’agit ici des cas d’importantes dégradations de la paroi abdominale, notamment la présence d’un tablier abdominal, d’une diastasis sévère avec hernie. D’autres cas de prise en charge par la sécurité sociale de l’abdominoplastie concernent notamment les cas de grossesses multiples ou gémellaires, d’amaigrissement important à la suite d’une obésité sévère.

Pour que ledit remboursement soit possible, le médecin doit préalablement rédigé à l’endroit de l’assurance maladie, une demande d’entente. La demande est alors validée, si dans les 15 jours qui suivent la demande, aucune réponse n’est donnée. Dans d’autres cas, le médecin-conseil de l’assurance peut solliciter à rencontrer le patient, et dans ce cas, lui seul peut décider de la prise en charge ou non. Tout compte fait, la prise en charge n’est possible que s’il s’agit d’une chirurgie réparatrice du ventre.

L’opération à l’étranger

Comme d’autres interventions de la chirurgie plastique, la chirurgie du ventre n’échappe pas au tourisme médical. Il est tout aussi possible de subir une chirurgie des paupières qu’une abdominoplastie à l’étranger.

Les motivations de certains patients sont notamment liées au coût plus attractif des opérations et de l’avantage de bénéficier d’un hébergement dans un hôtel de luxe, et aussi d’autres activités touristiques que leurs proposent les différentes cliniques esthétiques à l’étranger.

Toutefois, il ne faut pas toujours se fier à ces nombreuses offres tarifs tout compris qui permettent d’économiser de l’argent en dédaignant les risques liés à la chirurgie esthétique à l’étranger. L’abdominoplastie comme il a été dit, est une intervention lourde. Son suivi post-opératoire est nécessaire pour garantir non seulement un meilleur résultat, mais éviter aussi les complications. Le suivi post-opératoire dans le cadre du tourisme médical n’étant pas toujours assuré, il est important d’en discuter préalablement avec le chirurgien étranger que l’on sollicite.

Bien avant, il faut se rassurer qu’il s’agisse bien d’un chirurgien qualifié et reconnu par la profession notamment par l’ordre des médecins de son pays. Si les pays comme l’Iran, la Hongrie, la Pologne, etc. offrent leurs services de tourisme médical dans le domaine de la chirurgie plastique, de plus en plus l’Afrique se présente comme une destination incontournable pour toutes les opérations de la chirurgie esthétique et l’abdominoplastie principalement. Outre l’Afrique du Sud, la Tunisie s’est spécialisée non seulement dans la chirurgie esthétique, mais aussi dans la chirurgie générale.

Alternative à l’abdominoplastie classique

Plutôt qu’une plastie abdominale classique, il est aujourd’hui possible de réaliser une abdominoplastie de haute tension supérieure. Une technique récente qui présente des résultats beaucoup plus subtils et offrent en prime des suites opératoires encore plus simples. Cette technique consiste à répartir de manière volontaire les tensions exercées sur la peau du ventre quand celle-ci est tractée vers le bas. La peau saine de l’abdomen est redrapée de manière progressive vers le bas et fixée ensuite aux muscles abdominaux, enfin elle est suturée en interne.

Recours en cas d’échec

La chirurgie esthétique engage aussi la responsabilité du chirurgien, puisqu’elle n’échappe pas à une erreur de diagnostic, aux risques et complications pré et post-opératoires. Par ce fait, une faute médicale ou un échec du résultat engage l’établissement hospitalier et le chirurgien à une seconde intervention.

L’obligation du chirurgien esthétique comme de tout autre médecin est ici de donner à son patient un dossier personnel et personnalisé comportant le type d’intervention qu’il doit subir, ses risques et ses complications. Il doit pouvoir distinguer clairement les risques liées à l’intervention elle-même et ceux en rapport à la technique qu’il a choisi d’utiliser.

En ce qui concerne les risques thérapeutiques de l’abdominoplastie, on ne peut engager la responsabilité du plasticien qu’en cas de négligence, par exemple s’il n’a pas réalisé une consultation pré-chirurgicale ou s’il a réalisé tardivement le traitement d’une complication de l’opération. Mais si le recours porte plutôt sur le résultat, il faut s’assurer que ce que le chirurgien a écrit n’est réellement pas en adéquation avec le résultat final.

Dans ce cas, sa responsabilité peut être engagée pour juger de ses compétences. Tout compte fait, le recours en cas d’échec d’une abdominoplastie n’est possible que sur la base des écrits que le patient doit exiger de son chirurgien avant l’intervention.